Dans cette série d'articles nous allons présenter des pilotes avec lesquels nous entretenons une relation spéciale. Vous pourrez ainsi faire connaissance avec ceux-ci. Pour cette première, voici Kinga Masztalerz, participante de la dernière Red Bull X-Alps en 2019 !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

KM : Je m'appelle Kinga, je suis née en Pologne et j'habite en Nouvelle-Zélande. J'y suis de Novembre à Avril et que le printemps arrive en Europe je me rends dans les Alpes où je vis dans mon van à l'affut de bonnes conditions météo. Au retour de l'automne en Europe je pars vers l'Himalaya avant de retourner en Nouvelle-Zélande où le printemps commence. Je suis physicienne de formation et je plante/m'occupe des nénuphars tout en apprenant l'art du vol-bivouac à d'autres pilotes.

Quand et comment as-tu appris le parapente ?

KM : J'ai commencé il y a 5 ans et demi. A l'époque j'étais une fervente grimpeuse ! Et puis un jour, j'ai fait une chute qui a endommagé des tendons au niveau de mon coude. Rien de dramatique mais j'ai du arrêter l'escalade pendant 6 mois. Je me suis donc inscrite dans une formation pour apprendre le parapente et dès mon premier vol je suis devenue accro ! Je n'ai jamais repris l'escalade dpeuis ! Je trouve totalement incroyable le concept de pouvoir monter en haut d'une colline avec un sac à dos, sortir cette "pièce de tissu" et de voler avec. J'en suis toujours émerveillée ! Mon premier thermique à Bassano Del Grappa (Italie) fut une expérience extraordinaire. J'ai atterri avec les larmes aux yeux et la volonté de désormais voler quoiqu'il arrive. J'ai donc quitté mon travail et ma vie en ville pour Semonzo del Grappa, puis Saint-Hilaire et je poursuis mon rêve depuis.

Quelle est ta pratique du parapente préférée ?

KM : Le vol-bivouac en solo dans des endroits reculés me permet de me recentrer et de me sentir vivante.

As-tu un souvenir (bon ou mauvais) qui te tient à cœur à nous partager ?

KM : J'ai une affection particulière pour les aventures qui me font sortir de ma zone de confort, de par leur difficulté mais surtout pour le sentiment d'accomplissement et la progression en tant que pilote et personne. Mon premier vol-bivouac en solo à travers les montagnes du Sud de la Nouvelle-Zélande notamment mais également la Red Bull X-Alps.

Peux-tu nous parler de ton expérience à la X-Alps ?

KM : Lorsque j'ai été qualifié, je ne volais que depuis 4 ans environ. Je n'étais donc pas totalement prête mais j'étais heureuse et j'y suis allée à fond. Je n'aurais pas pu imaginer une expérience plus significative en termes de progression. C'était incroyablement enrichissant de pouvoir apprendre aux côtés de pilotes parmi les meilleurs du monde. J'ai fait beaucoup d'erreurs et j'ai mis plusieurs semaines à passer outre, mais une fois cela fait, j'ai pu remarquer que je volais de manière différente : plus mature, plus confiante et sereine. La X-Alps m'a sans conteste fait devenir une meilleure pilote et j'ai hâte d'y retourner !

Quels sont tes projets à venir (parapente et hors parapente) ?

KM : Cet été je souhaitais participer à la X-Pyr et faire un vol-bivouac au Tadjikistan puis passer l'automne en Inde (Himalaya) mais cela devra attendre.

En attendant, je mets à profit ma passion pour le travail du bois. Je construis actuellement une terrasse derrière la maison avec des jardinières. Je m'occupe du potager, fais du yoga et roule en mountain bike. Il n'est plus possible de voler en Nouvelle-Zélande depuis 3 semaines mais l'espace aérien devrait être à nouveau ouvert sous peu. Je reprendrai les vols car ça commence à me manquer !