RAUL RODRIGUEZ

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

RR : Je suis un inventeur, un découvreur, j’ai besoin de de savoir ce qu’il y a plus loin , de découvrir chaque jour quelque chose de nouveau, c’est ce que m’apporte le parapente, pouvoir toujours découvrir quelque chose un peu plus loin que ce que je connais.

Quand et comment as-tu appris le parapente ?

RR : J’ai commencé à voler en 1987. Mon père avait appris à voler un an d'avant c’était un des premiers stages initiation en Espagne. J’avais 11 ans et le voir voler m’a donné envie. Dans la foulée mon père a monté une école, j’y ai passé beaucoup de temps avec lui, jusqu’à ce qu’à mes 12 ans il me laisse enfin voler. On n'avait que des grandes voiles, je volais quand il y avait peu de vent, je faisais des ploufs sur un site de 800m de dénivelé près d’Albacete

Quelle est ta pratique du parapente ?

RR : J’aime le côté technique du parapente, la recherche de la perfection. J’aime aussi être agressif , profiter de l’énergie et de la vitesse de la voile pour faire des manoeuvres en vol ou près du sol. Ce que j’aime le plus c’est le freestyle près du sol, utiliser le vent pour jouer avec les montagnes en passant près du sol. J’aime particulièrement jouer avec ma planche de skate, sur le sable ou la neige, en mixant skate, snowboard et parapente .C’est un territoire que j’ai encore peu exploré mais qui me procure des sensations incroyables. Mais ce qui m’a toujours donné le plus de sensation c’est l’acrobatie en synchro, avec Felix ou Horacio, et découvrir des manœuvres dans lesquelles on est réellement très proches.

As-tu un souvenir marquant de vol à nous partager ?

RR : Beaucoup ! Le plus hallucinant en terme de partage avec la nature a été un vol au Chili en 2000, avec toute l’équipe SAT. On a décollé sur un volcan actif, à presque 3000m. Le vent était arrière, c'était assez turbulent, je me suis battu jusqu’à passer au-dessus du volcan et du cratère. Voir la lave, le magma, dans le trou en bas était hallucinant. J’ai atterri au sommet, trouvé un autre endroit pour redécoller, c’était complètement fou.
Si on parle de vol en acro, 2 me reviennent en mémoire. Le premier est le vol où j’ai découvert la sat. Je faisais des départs en négatif, et j'ai découvert qu’on pouvait faire des tours en changeant le centre de rotation avec la voile ouverte, je savais déjà qu’on allait être capable de le faire au-dessus de la voile. Le 2 eme c'est quand j’ai découvert l’infinity, après 4 ans de travail pour incliner la voile, jusqu’à arriver à être dans l’axe parfait de la voile. Au début on ne faisait qu’un tour, je pensais pas qu’on pouvait le maintenir. La première fois que j’ai fait de l’infinitif j’étais à Grenade et ça a été une surprise incroyable de voir la voile passer une fois puis encore et encore au-dessous de mes pieds sans jamais perdre l’énergie.

 

Quels sont tes projets à venir (parapente et hors parapente) ?

TD : Je voudrais développer un nouveau style de pilotage avec le skate, sur le neige, le sable...J'ai aussi des projets en escalade, j'aimerais grimper avec le sac de base sur le dos, sans corde, mais sur une voie où si je tombe à n’importe quel moment je peux ouvrir mon parachute. Et encore plein d’autres projets...